Alerte au Chikungunya

Publié le par libertus





moust.jpg
Le ministère français de la Santé a prévenu, vendredi 31 août, que plus d'une centaine de cas de chikungunya ont été enregistrés dans le Nord-est de l'Italie, invitant toute personne présentant des symptômes du virus à consulter un médecin.

Selon le communiqué du ministère, les autorités sanitaires italiennes ont informé leurs homologues européennes jeudi de la survenue de plus d'une centaine de cas dans la région de Ravenne.

L'Aedes albopictus, le moustique incriminé

Le nombre de nouveaux cas hebdomadaire est "actuellement en décroissance", précise le ministère, citant les autorités italiennes. L'Aedes albopictus, un des moustiques vecteurs connus de cette maladie, est installé dans cette région depuis plusieurs années et a permis la transmission autochtone du virus.

"Les voyageurs revenant de la région d'Emilie-Romagne, et présentant, dans les sept à douze jours suivant leur retour une fièvre élevée associée à des douleurs articulaires, doivent consulter un médecin", souligne le ministère de la Santé. Ils doivent également se protéger des piqûres de moustiques afin d'éviter une possible transmission à leurs proches.

Enfin, les personnes se rendant dans cette région d'Italie doivent se protéger contre les piqûres, notamment en portant des vêtements adaptés ou en utilisant des répulsifs cutanés.

Fièvre et douleurs articulaires

La maladie peut passer inaperçue ou se manifester en moyenne quatre à sept jours après la piqûre par l'apparition soudaine d'une fièvre élevée associée à des douleurs articulaires qui peuvent persister plusieurs semaines. Le chikungunya peut dans certains cas entraîner une fatigue prolongée et des douleurs articulaires parfois invalidantes.

Une importante épidémie avait touché La Réunion et Mayotte en 2005-2006. L'Aedes albopictus, parfois appelé moustique-tigre, est également présent dans certaines zones du sud de la France métropolitaine, en particulier dans les Alpes-Maritimes et en Corse, mais n'a pas transmis à ce jour le virus du chikungunya. (AP)

nti_bug_fck

Commenter cet article