Bush promet des efforts pour le climat mais veut inclure la Chine

Publié le par libertus

Bush promet des efforts pour le climat mais veut inclure la Chine


Le président américain George W. Bush a promis, mercredi, à Sydney, de travailler avec l'ONU sur le changement climatique, en affirmant qu'une action efficace se devait d'inclure la Chine, l'un des principaux responsables du réchauffement.

M. Bush, aux côtés du Premier ministre australien John Howard, a assuré "avoir hâte de travailler de façon active et constructive à la conférence de l'ONU sur le changement climatique, organisée en décembre en Indonésie". En attendant, les deux leaders, l'hôte et l'invité, participeront ce week-end au Forum de l'Asie-Pacifique (Apec), où une vingtaine de pays débattront à Sydney du climat sans toutefois déboucher sur des engagements contraignants.

Kyoto
La déclaration de bonne volonté de M. Bush n'est pas sa première dans un domaine où les Etats-Unis sont accusés de traîner les pieds. Les Etats-Unis et l'Australie refusent de ratifier le protocole de Kyoto fixant des objectifs de réduction des gaz à effet de serre. Des analystes estiment que Washington tente actuellement de "s'adjuger" le cycle de conférences internationales prévues sur le climat jusqu'à celle de Bali (Indonésie), ou de "marginaliser" Kyoto.

La conférence de Bali, qui se tiendra du 3 au 14 décembre sous le patronage du Secrétariat de la Convention de l'ONU sur les changements climatiques (UNFCCC), doit impérativement ouvrir les négociations sur les objectifs de réduction des émissions après 2012, date d'expiration de Kyoto. "Si vous voulez vraiment régler le problème global du changement climatique, mettons tout le monde autour de la table, assurons-nous que des pays comme la Chine et l'Inde sont autour de la table", a aussi dit M. Bush.

Chine
"Si l'on veut une politique efficace sur le changement climatique, la Chine doit être invitée", a-t-il répété. "Afin d'amener la Chine à cette table, elle doit participer à la définition des objectifs. Si l'on arrive à ce que les personnes définissent les objectifs, nous pouvons les encourager à déterminer les tactiques nécessaires pour parvenir à ces objectifs", a affirmé M. Bush.

La Chine et l'Inde, dont la croissance exponentielle va de pair avec une augmentation vertigineuse de leur pollution, redoutent que la lutte contre le réchauffement climatique se fasse sur le dos de leur développement. Les deux géants émergents considèrent que les pays industrialisés portent la responsabilité des conséquences actuelles d'un réchauffement déjà entamé, leur industrialisation polluant la planète depuis le 19e siècle.

Catastrophes
Le groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec), plus vaste expertise scientifique en la matière, a estimé dans son 4e rapport publié cette année qu'avec l'effet de serre généré par les émissions polluantes de l'ère industrielle, la température mondiale pourrait gagner 1,8 à 4°C d'ici à 2100, provoquant catastrophes et excès météorologiques meurtriers, surtout dans les régions les plus pauvres. Les Etats-Unis et l'Australie, en raison de leur rejet de Kyoto, sont les cibles fréquentes des écologistes.

Certains ont prévu de profiter de la tribune de l'Apec pour donner de la voix. L'organisation Greenpeace, qui accuse Washington et Canberra d'inaction, a confectionné deux statues de glace, représentant MM. Bush et Howard, qui ont commencé mercredi à fondre à Sydney. Les deux statues ont été transportées sur le site touristique de Harbour Bridge, non loin du célèbre opéra de la ville, fermé pour l'Apec. Un faux ours polaire a brandi des pancartes affichant "Arrêtez la fonte" ou "La chaleur est là".

Publié dans environnement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article