Les abeilles sont-elles vraiment en danger ?

Publié le par libertus


Extrait Futura sciences

FS : Les abeilles sont-elles vraiment en danger ?

Bernard Vaissière : Oui. Je pense qu’aujourd’hui la possibilité d’un déclin important des populations d’abeilles, voire de la disparition complète de certaines espèces, est réelle. L’abeille domestique est un peu un baromètre des populations sauvages, dont nous n’avons pas les moyens de connaître les effectifs. En France particulièrement, il y a très peu de chercheurs travaillant sur les pollinisateurs et la pollinisation par les insectes. Dans mon équipe, nous sommes trois scientifiques dont deux enseignants-chercheurs. Nous n’avons pas embauché depuis 18 ans ! Et les spécialistes des insectes pollinisateurs ont pour la plupart plus de soixante ans… En revanche, nous savons que les abeilles sont fragiles et nous savons pourquoi : elles se nourrissent presque exclusivement de nectar et de pollen que les plantes produisent pour elles. C’est le fruit d’une longue coévolution avec les plantes à fleurs. Les insectes herbivores qui mangent les feuilles, par exemple, ingèrent eux toutes sortes de poisons comme des alcaloïdes et des tanins, et se défendent à l’aide d’enzymes de détoxification. Les abeilles, elles, sont très mal pourvues avec ces enzymes.

FS : Le pollen n’est pas seulement transporté par les insectes : il y a le vent aussi…

Bernard Vaissière : Nous avons étudié cette question. A part les insectes, les plantes à fleurs ont deux autres modes de pollinisation principaux en Europe : l’autopollinisation passive (la pollinisation a lieu au sein d’une même fleur par contact direct des anthères et du stigmate ou par gravité, c’est le cas du blé par exemple) et la pollinisation par le vent. Mais la pollinisation par les insectes (essentiellement les abeilles) intervient dans 80 % des espèces de plantes à fleurs. Comme le disait Jean Louveaux, qui fut directeur à l’Inra de Bures-sur-Yvette, les insectes pollinisateurs représentent une faible biomasse, mais ils sont néanmoins très importants : ils agissent comme des catalyseurs.

FS : Les plantes cultivées sont-elles concernées ?

Bernard Vaissière : Selon une étude internationale menée sur 115 cultures et dans 200 pays, par des équipes de France, d’Allemagne, des Etats-Unis et d’Australie, Les trois quarts des cultures sont pollinisées majoritairement par les insectes. C’est le cas pour la plupart des cultures fruitières, légumières, oléagineuses et protéagineuses, ainsi que celles des fruits à coques, des épices, du café et du cacao. Seules 25 % des cultures n’en dépendent pas du tout (principalement les céréales comme le blé, le maïs et le riz). Au total, c’est 35 % de la production mondiale de nourriture qui provient de cultures dépendant de la pollinisation par les insectes.

FS : Y a-t-il une prise de conscience de l’importance de ce phénomène ?

Bernard Vaissière : En 2004, l’Europe a lancé le programme Alarm (Assessing Large-scale environmental risks for biodiversity with tested methods) qui se terminera en 2008. Il y a déjà eu des avancées, comme l’article sur le déclin parallèle des abeilles sauvages et des plantes pollinisées par les abeilles paru dans Science en juillet 2006. Il y a aussi plusieurs pistes qui sont explorées pour renverser la tendance comme par exemple les jachères fleuries, sur lesquels des travaux sont en cours pour mesurer leur impact sur le maintien des populations de pollinisateurs. Mais certaines entreprises phytosanitaires se sont emparées de cette piste et les chiffres annoncés sont parfois douteux… L’effet n’est probablement bénéfique que si l’on choisit bien les espèces plantées et leurs dates de floraison, et l’on manque encore de recul pour faire des recommandations précises sur l’impact et les surfaces minimales nécessaires.

FS : La situation vous semble-t-elle réversible ?

Bernard Vaissière : Tant que les espèces n’ont pas disparu, elle l’est… même si le système haplo-diploïde des abeilles ne favorise pas le maintien des petites populations. Et il y a des signes positifs, comme le programme Alarm. Ces actions sont encore modestes mais, comme les insectes pollinisateurs, elles pourraient agir comme un catalyseur…

Extrait Futura sciences

Publié dans animaux

Commenter cet article