Les fourmis sont apparement plus en forme que les abeilles

Publié le par libertus


Haiti Le maire titulaire de la commune de plaisance menace de rentrer à Port-au-Prince accompagné de dizaines de placentins en vue de forcer les responsables à se pencher sur l'épidémie de fourmis dévastatrices dans la région.

« Si rien n’est fait pour venir à bout de ces insectes, les habitants de la commune et ceux des 8 sections seront obligés d’abandonner la zone. Nous pensons que c’est la seule façon de faire sentir aux responsables la gravité de cette épidémie qui détruit nos jardins et nos animaux », déclare le maire Jeanty Exalus à HPN.

« A la mairie de Plaisance nous nous constituons en équipe pour récupérer les nouveaux nés incapables de se munir d’insecticides dans certaines sections communales, les garder pendant leurs premiers quinze jours pour éviter qu’ils ne soient attaqués et mangés par les fourmis », raconte le 1er citoyen de la ville.

Aucune maison, aucun champs, aucune habitation, aucune cour n’est épargnée par ces fourmis, circulant en colonies. A Plaisance, si la mère laisse son enfant seul pour quelques heures à son retour elle le retrouvera mort, expliquent les habitants.

A Bassin, une des sections communales de la ville, une femme malade âgée de 86 ans a été dévorée par des fourmis parce qu’elle était incapable de bouger. La production d’ignames a complètement baissée à Plaisance, les plantations étant ravagées par les fourmis, se palignent-ils.

Les ignames pourrissent dans leurs trous à cause de l’incapacité des paysans à les fouiller, confie le maire. Les fourmis s’attaquent également au bétail. Elles mangent les pieds des bœufs, Elles dévorent les chèvres.

« A Plaisance, les gens ne s’assoient plus à table pour manger. chez moi personnellement, confie t-il, les gens mangent debout », dit le maire. Il se rappelle qu’au cours de sa campagne électorale, il avait soumis le problème auprès des responsables du ministère de l’agriculture d’alors, qui, par la suite avaient dépêché une équipe sur place, mais sans assurer le suivi.

Récemment le problème a été débattu lors d’un conseil de ministres. Cent millions de gourdes, qui n’ont pas été encore décaissées, sont indispensables pour partir en guerre contre ces insectes qui vivent en sociétés dans des fourmilières. libertus @ 2007-09-16 - 14:37:00

Publié dans animaux

Commenter cet article